Comprendre l’attribution mobile

Comprendre l’attribution mobile

Près de 85% du temps mobiles qui leur est dédié et plus de 665 millions d’euros de recettes générés au cour de l’année 2017, soit presque 45% de plus que l’année 2016 selon AppAnnie, les applications pour smartphone sont devenues un passage fondamental pour le développement des marques. Afin de les aider à mieux diriger leurs investissements, des solutions se sont créés et qui leur permettent de mieux estimer l’impact des campagnes de promotion de leur application voire même d’évaluer la valeur qui est générée par chaque utilisateur de l’application. Ces solutions ont pour but d’aiguiller les marques vers les canaux qui sont les plus rentables.

De l’installation à la lifetime value

À la base, l’attribution mobile s’intéressait avant tout à l’impact des campagnes de promotions sur les installations d’applications. Maintenant, elle observe aussi leur effet sur l’engagement des consommateurs, mesuré à partir d’”in-app events” (achats, abonnements, ect). Dans cette évaluation, la notion de lifetime value autrement dit LTV est centrale : c’est la somme des revenus que chaque utilisateur génère pendant la période durant laquelle l’utilisateur s’engage avec l’application mobile. Afin d’être capable de reconstituer la voie parcouru par l’utilisateur de smartphone jusqu’à l’application, les outils vont s’intégrer au maximum de générateurs de trafic (réseaux sociaux, sites web, émissions de télévisions, ect). Pour être clair, tous les espaces ou l’utilisateur de smartphone entre en contact avec la campagne qui l’incite à télécharger et installer une application ou à se réengager vis à vis d’elle. “L’outil d’attribution facilite la tâche pour la marque en s’intégrant pour elle aux nombreuses sources de trafic de son application. La marque n’a qu’une intégration à faire, celle de l’outil d’attribution” commente Sarah Rolland, responsable des marchés francophones d’Appsflyer. Avec la comparaison de toutes les sources, les outils d’attribution donnent en plus un gage de neutralité.

Appsflyer et Kochava prétendent aux plus grands nombres de sources de données. “Nous traitons toutes les sources, organiques ou payantes, sur toutes les plateformes, sociales, ad-exchanges, emailing, télévision… “ dit Fred Thuard, directeur général de Kochava pour les pays EMEA. Cette mesure, dépassent très largement le cadre des campagnes seulement payantes, est aussi présentée par Adjust, Appsflyer et Tune. « La qualité de l’attribution nécessite en effet de prendre également en compte les sources gratuites d’auto-promotion- dites owned media – et de comprendre les comportements organiques » explique Jean-Vincent Chardon, directeur des ventes de Tune pour l’Europe. Il propose comme exemple d’identifier les mots-clés qui génèrent le plus d’installation au sein même des stores d’applications. Encore plus que l’exhaustivité se pose la question de la pertinence, les sources qui sont trackées correspondent-elles au mix marketing de la marque ? L’outil a t-il la possibilité de réaliser de nouvelles intégrations sur des réseaux sociaux qui sont spécifiques à son activité ?

Arthur Auteur

Hello ! Je m'appelle Arthur et je suis Pigiste, j'écris surtout des articles concernant des domaines bien ciblés. Ici je voulais créer un magasine général qui traite de tous les sujets !